les peintres au mesnil
peinture, sculpture, photographie, installations

 

Exposition du 28 janvier au 15 février 2020
Vernissage prévu le vendredi 31 janvier à 19h au CLC

 

L’exposition des Peintres au mesnil regroupe des sculpteurs, des Peintres et des photographes Mesnilois ou adhérents au CLC.

Pour cette édition 2020, 20 artistes ont répondu « présents’ à l’appel à candidature !!

LES ARTISTES PRéSENTS

LES SCULPTEURS

Anne GUARDIOLA

J’ai commencé les arts plastiques à l’adolescence par le dessin à l’atelier de Maurepas ARTHEMA puis j’ai rapidement eu envie de passer au volume en modelant la terre.
Je présente ici cinq pièces réalisées il y a quinze ans.
Elles sont inspirées soit d’une oeuvre préexistante, pour Cléopâtre (un dessin de Michel Ange), soit d’un style pour Penchée, celui de Josep Maria Subirachs (sculpteur de la nouvelle façade de la Sagrada Familia à Barcelone), ou bien, de projets exclusivement personnels pour les trois autres pièces. L’idée est esquissée au départ sur papier puis je m’en détache progressivement une fois que le modelage avance.
J’ai repris cette activité de sculpture depuis un an au CLC à l’atelier de Sylvie Van Noorden.

Jocelyne SENECHAL

La matière me passionne, par la diversité de ses propriétés, contact, densité, couleur, onctuosité, odeur…
Lorsque je la travaille, quelque chose de singulier se produit, je deviens tailleur d’images.
Par une sorte d’alchimie, la matière et l’action de mes mains fusionnent pour faire naître mes émotions.

C’est ainsi que mes sculptures sont témoins des moments forts de ma vie et donnent accès à mon univers intérieur.

Devallon BERCY

« La pratique de la sculpture, art un peu délaissé injustement de nos jours, permet d’exprimer des sentiments présents au plus profond de nous-mêmes. Ressentis fondamentaux comme la joie enfantine (Max), l’insolence juvénile (innocence trompeuse) ou encore, le besoin de vivre avec les autres (multifaces) »

 

LES PHOTOGRAPHES

Paula DOMINGUEZ

« L’Heure bleue »

La photo c’est pour moi un art. L’art de voir. L’art de saisir l’impossible : l’instant présent.

Là, devant mes yeux, à l’heure bleue, à ce moment où le jour s’efface pour laisser place à la nuit, dans cette ville, Versailles, la magie s’opère. La difficulté c’est d’être à la hauteur de ce que l’on voit.

 

Béatrice LANDRE

Photographe depuis mon adolescence, j’ai commencé par l’argentique lors de mes différents voyages. Mon élan artistique a oscillé entre dessin, peinture, fusain et photographie. C’est cette dernière qui l’a emporté.

Mon style artistique est celui de la curiosité, de l’exploration des genres, de la diversité. Mon fil conducteur est la recherche de l’inconvenant, de la lumière, de la texture. Chaque jour j’invite un nouveau langage photographique. Mon amour de l’art, de la nature, de la beauté éphémère, me permet de laisser vagabonder mes idées.

Mes oeuvres ont comme point central le corps. Nu ou habillé il me sert de support.
Sublimer le corps, le transformer, le modeler afin d’interpellé, d’inviter aux questionnements, ne pas laisser indifférent.

Jennifer GAUTIER

Nature/civilisation

Au travers des photos choisies, j’ai essayé de mettre en avant ce qui s’oppose très souvent à la nature à savoir le développement de notre civilisation, sujet de plus en plus présent de par son importance en termes d’avenir.

La réflexion qui s’ouvre est donc celle qui chercherait d’autres moyen de se développer sans nuire à notre environnement car il faut surtout penser aux générations futures.

 

André CUQUEL

André Cuquel parcourt l’estran des Côtes Vendéennes.
La laisse de mer déposée sur le sable, par le flux et reflux des marées, est sa source d’inspiration.
Dans ces amas de débris naturels (algues, coquillages, os de seiche, oeufs…) et de déchets, traces de l’activité humaine, abandonnés en bande sur le sable par les vagues ou encore dans les empreintes laissées dans le sable par la mer, il voit des figures abstraites.  Il les capte sans jamais toucher à cet écosystème si fragile puis de retour chez lui, il leur donne vie.
De ses clichés naissent des personnages, un bestiaire, des monstres, des formes que l’imagination de chacun transforme à son tour.
son travail est une manière repectueuse et originale de valoriser cet écosystème du littoral marin qui passe si souvent inaperçu aux yeux du baigneur ou du promeneur. 

Michel PHARABOD

Mes photos sont surtout des paysages dont certaines particularités m’ont attiré, graphismes, lumière, …

Michaël MAISIER

« J’aime me balader en région parisienne, l’appareil photos à la main et immortaliser ces instants fugaces, symboles de la vie de tous les jours…
Et quoi de mieux que le noir et blanc pour rendre ces moments intemporels… »

LES PEINTRES

Laëtitia BIRIOUKOFF

« Je m’appelle Laëtitia et j’ai 12 ans. J’ai toujours aimé dessiner et en tant que grande lectrice de manga, la plupart de mes oeuvres et personnages sont inspirés de ce genre d’oeuvres littéraires.
Crayon à la main, mon imagination part vagabonder à la recherche de nouvelles idées…
Avec grand plaisir je les partage avec vous ».

 

Justine MODESTE

« Je m’appelle Justine, j’ai 18 ans et je peins pour le plaisir.
J’ai peins ces tableaux lors des cours de dessin organisés par le CLC.
Ces 3 tableaux ici exposés datent de 3 années différentes : 2017, 2018 et 2019. Cela vous permettra d’apprécier mon évolution technique mais aussi stylistique ».

 

Bénédicte KEYMEULEN

Intuitif et instinctif, mon travail tente de « ne jamais lâcher le fil de la Merveille »…

Vingt ans dans la philosophie et les métiers d’aide m’ont appris à rencontrer, aimer et prendre soin de l’autre dans la richesse de ses différences et de ses failles. Failles au travers desquelles passe la Lumière.
Je tente aujourd’hui d’explorer ma lumière intérieure.
Cheminement de créativité tendant à l’épure. De formes diverses – danse, poésie, peinture, photographie – je cherche à traverser l’apparence et la figuration pour approcher le sens.
Mon travail pictural est instinctif et intuitif. Dans le silence intérieur, directement sur le support – toile ou bois – couleurs et gestes s’imposent à moi plus que je ne les choisis

 

Béatrice JOUSSE

Une facilité en art plastique et trois ans d’école de dessin, m’ont permis d’acquérir au fil des années une certaine sensibilité dans la réalisation de mes toiles.
Le passage du figuratif au figuratif-abstrait s’est vite imposé, dans une représentation subtile qui amène chacun à percevoir à sa manière mes réalisations, dans lesquelles la matière, la transparence, la clarté des couleurs pastels s’allient à des formes plus appuyées afin de laisser paraître ou suggérer un paysage, une atmosphère, un ressenti, et tout cela en accord avec une certaine nature, dans la beauté qu’elle nous révèle et que j’interprète.
Mes racines sont dans cette nature, à travers les forêts en clair obscure, les paysages presque irréels, les fleurs dans une approche différente, dans une sensibilité que je cherche à faire partager dans mes toiles.

L’acrylique est une technique que j’utilise principalement, en y ajoutant parfois un médium tel que, le papier de soie, les déchirures de revues, le modeling paste, ou autres matériaux… Elle me permet de travailler avec des produits non toxiques, même si l’huile restera la technique de mes débuts avec toute sa sensualité dans le travail de la matière.
Cette nature si cruellement touchée par tant de nos déchets, mais qui malgré cela, fait preuve d’une grande résilience face à l’agressivité subit quotidiennement.
Ces constats permanents, ces paysages victimes, et ces représentations plus ou moins colorées de ces déchets, m’apportent néanmoins une certaine créativité…

 

 

Françoise MARAGET

 

Six petites aquarelles, variation sur une de mes promenades préférées, le long de l’Yvette, en empruntant le sentier découverte de Maincourt. Le lavoir, restauré depuis quelques années, changeant au fil des saisons, m’émerveille à chaque fois.

 

 

Sophie PHARABOD

 

Je m’intéresse en ce moment plus particulièrement aux fleurs et aux plantes :
un peu de botanique et beaucoup de graphismes et de fantaisies

 

Maryse PARISSE

« Aquarelliste autodidacte, je travaille par coup de coeur surtout. Si une photo m’inspire, quel qu’en soit l’auteur, mon imagination et mes pinceaux s’agitent. Cette année, j’ai beaucoup aimé la photo d’une statue du Bouddha faite à Bali par une amie aquarelliste qui expose ici également. Je le décline en plusieurs versions. J’ai également été bouleversée par l’incendie de Notre Dame de Paris.  Cette émotion très forte a eu besoin de s’extérioriser dans une aquarelle hommage. Le grand écart des religions ? Simplement un humain face à la beauté ou la cruauté du monde. »

 


Josiane QUARELLA

Véronique GIRARD

Le dessin , La peinture sont mes moyens de détente . Je crée des tableaux en pensant à l’effet décoratif qu’ils auront .Je vous présente mes tableaux récents . Le zèbre qui orne les murs de mon cabinet dentaire . J’ai réussi dans ce zèbre à incarner la compassion et Il plait beaucoup à mes patients et me soutient moralement également .En mai dernier j’ai cherché des animaux qui pouvaient incarner l’écoute . Les perroquets sont venus décorer mon bureau .
Un couple d’amis m’a envoyé une photo prise de l’empire state building . J’ai été fascinée par l’effet géométrique de ces immeubles et leur échelle qui dépasse l’être humain . Cette recherche du toujours plus haut .La technique du couteau m’a parue évidente pour mettre de la couleur et de la vie . Je voulais que l’œil puisse être attiré par les couleurs et sauter d’un immeuble à un autre comme dans un jeu . Je vous laisse vous y perdre et peut être trouver une silhouette humaine à l’échelle de ces immeubles

 

Véronique BOUJDI

Elle se détend en participant à l’atelier de peinture du CLC. Ella apprécie de toujours mettre une touche d’écriture dans ses peintures, un rappel de son goût pour la langue et la calligraphie.

GROUP’ART encadré par Nicole CHENIN

« Avec nos individulaités, nous allons vers la création collective ».

« Après untravail individuel sur le thème de l’intérieur/extérieur, nous avons pris des photos d’arbres pour un travail sur les écorces, puis des bâtiments pour travailler sur le graphisme de ceux-ci.

Le thème a par la suite évolué vers le « voir autrement » et donc par la simplification des lignes.
Pour finaliser tout cela, nous avons repris les idées quis ont advenues par chacun et mis en commun au travers de la couleur ».